Peuples et citoyens du monde

Site en construction

 

Site en construction

Le traitement médiatique de l’actualité, et pas seulement récente, a mis en évidence les limites et les dangers de considérations stéréotypées qui privilégient l’émotion et le court terme, sans écoute véritable des acteurs concernés ni prise en compte de la diversité des situations, notamment internationales.  L’exigence de dialogue fait pourtant la force de la diplomatie, quand elle est subtile et à l’écoute, à la différence des approches strictement militaires, généralement limitées dans le temps et dont l’actualité vient encore de souligner les limites.  

         Les conclusions de l'Assemblée Générale  constitutive de ce 14 novembre, au Palais Bourbon, à Paris, seront prochainement en ligne

                         

                                   Le DIALOGUE est donc le maître mot de cette initiative délibérément, et en priorité, ouverte sur le monde.

=>  MEDIAS ? QUELS MEDIAS ?

undefined
De l'urgence de déverrouiller le débat avec le monde médical et politique, et d'y inviter les citoyens

Les modalités de gestion de la crise de la COVID ont été, en France comme partout ailleurs, une véritable mise à l’épreuve de la démocratie. Celle-ci tendrait ainsi à être placée entre parenthèses ? La Tribune d’Annie LEVY-MOZZICONACCI, Marseille, co fondatrice de I-Dialogos, dans le quotidien Libération.

En savoir plus
Le vivre ensemble dans un monde en rupture de valeurs et de dialogue. Crise de la pensée ou crise de gouvernance ?

Tout le monde est convaincu que le monde va mal à cause de toute une série de crises qui le caractérise (crise économique, politique, sociale, culturelles, éthiques et religieuse) mais la plus grave des crises est celle qui concerne le vivre-ensemble et, de manière explicite, la crise des valeurs, les risques du non-dialogue, l’absence de sagesse, l’émergence d’un environnement hostile et conflictuelle. Disons tout simplement que le vivre-ensemble est devenu problématique. / Ali SEDJARI , professeur à l'Université de Rabat (Maroc)- 29/08/2022

En savoir plus
Le rôle essentiel des Médias face à la crise sécuritaire.

Partout dans le monde, les Médias jouent un rôle essentiel, avec une responsabilité dont ils sont conscients. Mais certains devraient la manier avec plus de dextérité. De fait leur rôle, comme celui des réseaux sociaux perçus comme de dangereux concurrents, est de plus en plus controversé, notamment en Afrique autour de la question sécuritaire. Interview de Mme Reine BENAO SAKANDE, cofondatrice de I-Dialogos, Députée à l’ex Assemblée Nationale du Burkina Faso. Pierrick HAMON - 13/11/2022

En savoir plus
Echanger, collaborer, coopérer.

Combien d’entre nous lorsqu’ils sont en conversation analysent ou argumentent selon leur unique schéma de pensées ou d’expériences de vie. Ce serait une valeur ajoutée si cela était fait dans une perspective de tendre vers plus d’universalité mais c’est rarement le cas. Le point de vue de Christophe de CONTENSON, Maire de Couzon et conseiller départemental de l'Allier.

En savoir plus
Que sont nos valeurs partagées devenues ? Parlons-en !!!

Le modèle occidental a-t-il rendu le monde meilleur ? Y a-t-il moins de conflits ? Moins de pauvreté ? Plus de solidarité ? Plus de compréhension ? Au vu des chiffres et des rapports, secrets et publics, Habiba MEJRI-CHEIKH, journaliste tunisienne, ancienne directrice de la communication de l'Union Africaine et cofondatrice de I-Dialogos, relève que beaucoup en doutent. Alors, dialoguons. - 02/11/2022

En savoir plus
MEDIAS DU DESESPOIR OU MEDIAS DE L'ESPOIR ET DE LA CONFIANCE ?

Aux médias du désespoir, préférons les médias de l'espoir et des solutions. A l'image de ce que réalise "Reporters d'espoirs, le journalisme qui donne envie d'agir", exigeons que les médias nationaux et régionaux deviennent eux aussi des médias porteurs d'espoir. Il y a urgence! Jean-Claude MAIRAL

En savoir plus
Une interview exclusive de Vladimir FEDOROVSKI

Quelques semaines après la mort de Mikhaïl Gorbatchev : interview de Vladimir Fedorovski, ancien diplomate, partisan de Gorbatchev, qui participa alors de près à la pérestroïka. Interview centrée sur la place et le rôle de médias autour de la guerre en Ukraine, Pierrick HAMON

En savoir plus
La vérité est devenue ce que l’on a envie qu’elle soit

« La vérité est devenue ce que l’on a envie qu’elle soit. C’est-à-dire, une contre-vérité ! Un terreau qu’adorent les populistes » / Michel URVOY, éditorialiste, photographe et ancien journaliste à Ouest-France

En savoir plus
Thomas, le polonais qui vivait seul en Russie .

Ewa MAZGAL est membre du Comité constitutif de I-Dialogos, Journaliste polonaise, elle vit à Olsztyn, en Warmie-Mazurie, une région polonaise voisine de l'enclave russe de Kaliningrad mais aussi de la Biélorussie, et à proximité de l'Ukraine dont les réfugiés sont accueillis à bras ouverts.. Dans cette nouvelle contribution, Ewa ne peut que constater que les polonais d’aujourd’hui n’aiment pas la Russie, et c’est essentiellement pour des raisons politiques et historiques. / Ewa MAZGAL

En savoir plus
Ukraine : à quand le réveil des intellectuels ?

Jürgen Habermas et Edgar Morin alertent sur la multiplication, dans les médias et sur les réseaux sociaux, de discours bellicistes opposés à toute recherche de compromis, même diplomatique. / Pierrick HAMON

En savoir plus
Digital Public Services and Fundamental Rights /      Serviços Públicos Digitais e Direitos Fundamentais.   LUIZ HENRIQUE DINIZ ARAUJO, Universidade Federal de Pernambuco (Brasil).

cet article analyse comment la gouvernance numérique peut concilier l'adoption d'initiatives facilitant l'accès aux services publics ainsi qu’une politique de collecte des données conforme aux valeurs de tout État de droit. / LUIZ HENRIQUE DINIZ ARAUJO,

En savoir plus
"Lettre à ma fille", par Alphonse Tshilumba, à Kinshasa

Membre du Comité constitutif de I-Dialogos, Alphonse Tshilumba, dans cette ouvrage et à partir d'un regard sans concession, nous donne ici, une vision plus optimiste de la jeunesse africaine.

En savoir plus
Argument image
Nous vivons actuellement une période singulière et inédite de notre histoire, avec des conséquences planétaires.  Provoquée par un virus, qui n’est ni le premier ni le dernier, cette crise touche tous les pays, indépendamment de leurs niveaux de développement. Les conséquences en sont imprévisibles. En cela elle nous rappelle que nous sommes tous dans « le même bateau », sur la même planète.

Est-ce la fin de l’histoire dont nous avait parlé Francis Fukuyama au moment de la chute du mur de Berlin ? certainement pas si l'on considère ce qui a surgi à l'est de l'Europe.

Ce pourrait, en tous cas, être l’occasion d’envisager un changement profond des politiques et des paradigmes, avec une pensée nouvelle et mieux partagée, qui ne doit plus être réservée, voire parfois accaparée, par des élites installées.

La crise a montré la nécessité d'un vrai multilatéralisme, un multilatéralisme adapté au monde tel qu’il est aujourd’hui, en évolution accélérée, dans toute sa complexité et riche de sa diversité.


L'Europe arrivera-t-elle à dépasser sa fonction de caisse de résonance pour peser enfin de tout son poids et en toute réelle indépendance ?    L'actualité récente démontre, et brutalement,  que cela redevient possible, mais difficile avec la guerre  en Ukraine mais aussi au Congo, et ailleurs ...  
On peut aussi espérer que, notamment en Afrique – mais pas seulement - les grandes organisations sous régionales, qui s'en inspirent, puissent jouer un rôle crucial dans la lutte coordonnée contre la pandémie et contre l’insécurité, et dans une approche transfrontalière.

Au niveau des Etats, se pourrait-il que l'autorité publique tant décriée au cours de ces dernières années, retrouve, et à tous les niveaux - du local au global - un minimum de confiance de la part des citoyens, au moins dans les pays où elle a su allier l'esprit de compromis avec la rigueur de l'action, tout en évitant l’imposition de quelque modèle ou système que ce soit.

Si une conviction émerge de nos analyses, c'est bien le rôle que doivent jouer les territoires et les citoyens, avec leurs élus et responsables, et avec l’ensemble des acteurs économiques, culturels, associatifs et autres, dans la période de reconstruction, matérielle, mais aussi intellectuelle et morale qui s'avère indispensable, dans la prise en compte de l’hétérogénéité des démarches que le dialogue rend possible.

Les Médias, au regard de leur grande responsabilité et de leur importance, doivent pouvoir se ressourcer pour dépasser et relativiser la puissance des réseaux « sociaux » ouverts à toutes les manipulations comme à toutes les facilités. 


Eux-aussi, les journalistes – dont plusieurs parmi nous - sont trop souvent englués dans des discours univoques , parfois même presque militants, au nom d'une liberté de la presse opportunément interprétée.  Les exemples hélas foisonnent.

Souvent otages d'un spectacle politico-médiatique qu'ils dénoncent, ils doivent donc pouvoir se réinventer, non seulement pour jouer ce rôle indispensable à toute société démocratique mais aussi, de plus en plus souvent, pour survivre. Acteurs d'une réinvention du débat, partagée et en profondeur, ils peuvent demeurer, ou redevenir, des acteurs essentiels et respectés. 
Il s’agit d’un enjeu majeur, avec la place de la Justice dans tout Etat de droit.

L'actualité médiatique, au lendemain de l'intervention russe en Ukraine, et le silence assourdissant concernant d'autres conflits dans le monde,  notamment, mais pas seulement,  en Afrique, démontre donc une fois encore, l'urgence d'échanger et de réellement dialoguer, et donc d'écouter et réfléchir. 

Face à un certain vide de la pensée politique, et à une crise d’adaptation de la démocratie, nous estimons donc fondamental de contribuer, collectivement, à une réflexion novatrice autour de l’impératif d’entreprendre des refondations anthropologiques, philosophiques, médiatiques, politiques, éthiques, économiques, sociales et sociétales. Cette ambition politique ne peut être fondée que sur l’action et la raison.

Comme quoi une pandémie mondiale peut aussi être l’occasion, pour nos sociétés, de mesurer l’importance de se cimenter avec des initiatives créatrices de débats, des débats véritablement ouverts et respectueux, pour assurer au mieux des actions raisonnées.

Voici un chantier pour nous, initiateurs de I-Dialogos avec celles et ceux qui, de par le monde, choisiraient d’y participer, ainsi qu’à la publication qui permettra, à partir d’un croisement des regards, de partager, confronter et élargir plus encore analyses et propositions.

A nous alors d’en être ensemble les bâtisseurs. Trois thématiques sont ainsi proposées  pour cette année 2022-2023, avec des contours qui restent encore à définir précisément et collectivement : 

Il conviendra, dans un deuxième temps, et en fonction de l’intérêt suscité, d’inventer et préciser les modalités de ce dialogue.  Nous pourrons nous y retrouver dans une diversité qui fondera notre force comme notre originalité.

Le Forum international de mars 2023, sur le thème Medias et de la démocratie, devrait nous aider à avancer sur cette voie.

N’est-ce pas Franklin Roosevelt, qui lors des sombres années 1930, affirmait : « Les hommes ne sont pas prisonniers de leur destin, mais de leur propre esprit ».


Les premiers signataires image
Les promoteurs et premiers signataires de  l’Initiative I-Dialogos au 11.03.2022

Emna BEN BRAHIM ABBES (ancienne ambassadeure, Tunisie), Luiz Henrique Diniz ARAUJO (Procureur Fédéral, Recife, Brésil), Reine BENAO-SKANDE (Députée à l'Assemblée Nationale du Burkina Faso et au Parlement de la CEDEAO), Yves BORIUS (ancien directeur du Budget, OCDE), Luciano CARRINO (KIP International School, Rome, Italie), Mohamed-Razak JEDAY (Professeur d’Université, Gabes, Tunisie), Pierrick HAMON (Ancien SG et président du FERAM et cofondateur du Global Local Forum, France), Indra KUMAR (Haut fonctionnaire, Inde), Annie LEVY-MOZZICONACCI (Médecin généticien hospitalo-universitaire Aix Marseille, France), Jean-Claude MAIRAL (Président de « Planète Jeunes reporters-Sur les pas d'Albert Londres », France), Ewa MAZGAL (Journaliste, Pologne), Falilou MBACKE CISSE (Dakar, Sénégal),  Habiba MEJRI-CHEIKH (Journaliste, ex directrice de l'Information et de la Communication de l'Union Africaine, Tunisie), Guy METTAN (ancien président du Club de la presse, Genève, Suisse), Nanou MUKOLONGA (Formatrice, Kinshasa, RDC), Sasso PAGNOU (Enseignant chercheur, Lomé, Togo), Alberto Manuel POLETTI ADORNO (Universitaire, Asuncion, Paraguay), Irina RECKCHAN (Universitaire, chercheuse au Centre Leontief de Saint-Petersbourg, Russie), Ali SEDJARI (Universitaire, président du CERIPP, Rabat, Maroc), Joel Franz ROSELL (écrivain, Cuba), Haram SIDIBE (expert UN développement humain local, Mali/Italie), Juliette SOULABAILLE (maire honoraire, ancien membre du Comité Européen des Régions, France), Simione Jimmy VAKAULIAFA (Consultant en Intelligence économique, Wallis et Futuna et Fiji, France), Raoul TAMEKOU TSOWA (IdéesAfrique, Montreal, Canada), Alphonse TSHILUMBA MUTEBA (Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances, Kinshasa, RDC), Zhen Wei WANG, (professeur, expert coopération avec la Chine), …

Emna BEN BRAHIM ABBES

Ancienne ambassadeure, Tunisie

I-Dialogos Francophonie

En savoir plus  

Reine BENAO SAKANDE

Cofondatrice, Députée à l'Assemblée Nationale du Burkina Faso et au Parlement de la CEDEAO, Ouagadougou

Pierrick HAMON

Cofondateur, Délégué Général, Paris, France

Mohamed-Razak JEDAY

Professeur d’Université, Gabes, Tunisie

Annie LEVY-MOZZICONACCI

Présidente de "Innovons pour Marseille", France

Jean-Claude MAIRAL

Cofondateur, Vichy, France

Ewa MAZGAL

Journaliste, Olsztyn, Pologne

Habiba MEJRI-CHEIKH

Cofondatrice, ex Directrice de l'Information et de la Communication de l'Union Africaine, Tunisie

Irina RECKCHAN

Universitaire, chercheuse au Centre Leontief de Saint-Petersbourg, Russie

Joel Franz ROSELL

écrivain, et Poète, Cuba

Ali SEDJARI

Cofondateur, Professeur d'université, Maroc

Abdoulaye SENE

Secrétaire Exécutif du Forum mondial de l’eau 2022, Sénégal

Raoul TAMEKOU TSOWA

président Idée-Afrique, Montréal, Canada,

Juliette SOULABAILLE

maire honoraire, ancien membre du Comité Européen des Régions, France

Alphonse TSHILUMBA MUTEBA

Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances, Kinshasa, RDCOngo

Simione Jimmy VAKAULIAFA

Consultant en Intelligence économique, Wallis et Futuna et Fiji, France

Les Correspondants pays image
 Correspondants et groupes pays 

Ils permettront une présence sur tous les continents et dans un maximum de pays
et constitueront le socle de l'initiative I-Dialogos.
Nos grandes  références : Leopold Sédar SENGHOR imageNos grandes  références : Leopold Sédar SENGHOR image
Négritude, francophonie, recherche des conditions de réalisation de cette civilisation de l'universel qui serait fondée sur l'interpénétration, le dialogue, l'influence réciproque de toutes les cultures : tels sont les thèmes majeurs de la pensée du poète président L. S. Senghor.

Après avoir montré comment, de tous temps, les sociétés se sont développées par métissage culturel autant que biologique, Senghor considère le DIALOGUE des cultures et des religions comme le moyen, pour l'humanité du troisième millénaire, de surmonter tant de déséquilibres (qui sont sources de tant de conflits) notamment entre l'"Euramérique" et le Tiers Monde.

Un tel rééquilibrage passe en particulier par la reconnaissance des valeurs de la Négritude - un concept introduit par Aimé Césaire - dans laquelle L. S. Senghor voyait dès 1964 "une pierre d'angle dans l'édification de la Civilisation de l'Universel, qui sera l'oeuvre commune de toutes les races, de toutes les civilisations différentes - ou ne sera pas".

Sa poésie, fondée sur le chant de la parole incantatoire, est construite sur l'espoir de créer une Civilisation de l'Universel, fédérant les traditions par-delà leurs différences.


Léoplod Sédar Senghor est , pour nous, une référence essentielle, notamment autour de l'indispensable dialogue des cultures et des religions.


Léopold Sédar Senghor est un des hommes politiques phare de l’Afrique et un des poètes majeurs de la « négritude ». Né le 9 octobre 1906 à Joal au Sénégal, il est un brillant élève, et c’est avec son baccalauréat et une bourse d’études en poche qu’il rejoint Paris en 1928. Entré en classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand, il rencontre Georges Pompidou, avec qui il se lie d’amitié, mais aussi Aimé Césaire, avec lequel il invente la « Négritude », mouvement littéraire de l’entre-deux-guerres qui affirme une identité « noire » contre la domination coloniale.

En 1935, il est reçu à l’agrégation de grammaire, et devient professeur de français. Il est alors le premier Africain à réussir ce concours. Quatre ans plus tard, ses premiers poèmes seront publiés en revue, juste avant sa mobilisation dans l’armée française. Il participe à la campagne de France en 1940 et est fait prisonnier comme des dizaines de milliers d’autres soldats coloniaux. Il est alors interné en France, parce que les Nazis refusaient au nom de leur idéologie raciste que des soldats noirs soient retenus sur le sol allemand.


Au sortir de la guerre, deux évènements marqueront les débuts de sa double carrière de poète et d’homme politique : la parution en 1945 son premier recueil intitulé « Chants d’ombre » et son élection la même année comme député du Sénégal à l’Assemblée nationale constituante. En 1948, la parution de « Hosties Noires » et de son « Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française » (préfacée par un texte fameux de Jean-Paul Sartre, « Orphée noir »), en fait une voix majeure de la littérature francophone.


Jusqu’à l’indépendance du Sénégal il est une figure de la vie politique française – il sera ainsi pendant dix mois en 1955-56 secrétaire d’État à la présidence du Conseil dans le cabinet d’Edgar Faure et participera activement aux débats sur l’autonomie des colonies et l’installation de la Vème République. Premier président de la République du Sénégal en 1960, il gouverne le pays jusqu’en 1980, avant de démissionner en faveur de son premier ministre. En 1983, il est le premier Africain élu à l’Académie française. Décédé en 2001, il laisse une œuvre poétique et littéraire importante, couronnée par une quinzaine de prix littéraires.


Dans son livre « Hostie » qui signifie victime d’un sacrifice ou d’un holocauste, Senghor célèbre le sacrifice de ses frères d’armes, soldats noirs des deux guerres mondiales qu’il veut voir honorés au même titre que les résistants et les combattants de la Libération. En 18 poèmes, il mêle les époques, les drames et les moments d’héroïsme, évoquant à la fois les Tirailleurs Sénégalais et les soldats africains américains, et dénonce la tragédie de Thiaroye dans un poème (« Tyaroye ») écrit quelques jours seulement après que l’armée française a massacré en décembre 1944 des tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leur solde.


Son « Poème liminaire » contient ces vers célèbres, qui résonnent encore aujourd’hui pour honorer le sacrifice des Tirailleurs Sénégalais et rejeter le racisme et les préjugés :


""Vous Tirailleurs Sénégalais, mes frères noirs à la main chaude sous la glace et la mort,
Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'arme, votre frère de sang?
Je ne laisserai pas la parole aux ministres et pas aux généraux,
Je ne laisserai pas -non!- les louanges de mépris vous enterrer furtivement,
Vous n'êtes pas des pauvres aux poches vides sans honneur,
Mais je déchirerai les rires Banania sur tous les murs de France.""

Source : Fondation pour la mémoire de l'esclavage

https://www.presidence.sn/presidence/leopold-sedar-senghor 

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9opold_S%C3%A9dar_Senghor 




Nos grandes références : François JULLIEN, image
"IL est temps de sortir à la fois de l'universalisme facile et du relativisme paresseux : notamment de repenser le dia-logue des cultures en termes, non d'identité, mais d'écart et de fécondité; d'envisager ainsi ces cultures comme autant de ressources à explorer, mais que l'uniformisation du monde aujourd'hui menace.  Car seul ce pluriel des cultures permettra de substituer au mythe arrêté de l'Homme, le déploiement infini de l'humain, tel qu'il se promeut et se réfléchit entre elles".
François JULLIEN


Philosophe, sinologue et helléniste, François Jullien a déployé son travail à partir des pensées de la Chine et de l’Europe. Il en a tiré, plutôt qu’une comparaison, une nouvelle problématisation qui, déconstruisant du dehors les partis-pris de l’ontologie européenne, permette de reconsidérer, d’un autre biais, les champs de la stratégie, de l’éthique ou de l’esthétique.

Cette réflexion interculturelle l’a conduit à reposer la question de l’universel en l’affranchissant tant de l’universalisme facile (ethnocentrique) que du relativisme paresseux (culturaliste). 

Ancien élève de l’ENS de la rue d’Ulm et agrégé de l’Université, François JULLIEN a étudié la langue et la pensée chinoises aux universités de Pékin et Shanghaï, avant de prendre en charge la responsabilité de l'Antenne française de sinologie à Hong-Kong puis comme pensionnaire de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Successivement président de l'Association française des études chinoises, directeur de l'UFR Asie orientale de l’université Paris-VII), président du Collège international de philosophie, professeur à l'Université Paris Diderot et directeur de l'Institut de la pensée contemporaine ainsi que du Centre Marcel-Granet, il actuellement titulaire de la chaire sur l'altérité créée à la Fondation Maison des sciences de l'homme.

François Jullien est  pour nous, avec L.S. Senghor, une référence essentielle, notamment sur  le sujet de l'indispensable dialogue des cultures, au sens large. Il a apporté son soutien à notre initiative.

https://journals.openedition.org/hommesmigrations/193

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Jullien


Le ForumLe Forum
Projet de Forum
MEDIAS ET PRESSE DANS LE MONDE
en construction
Ouverture prévue courant décembre




Montant du don

pilotée par Habiba MEJRI-CHEIKH  et  Jean-Claude MAIRAL 
avec Reine BENAO-SAKANDE et Pierrick HAMON 

Projet de RENCONTRE "MEDIAS ET PRESSE DANS LE MONDE "
au printemps ?
 
QUELLE REALITE ?  QUELLE PERSPECTIVE POUR UNE INFORMATION INDEPENDANTE, QUALITATIVE et HUMAINE ? QUELS NOUVEAUX MODELES ? QUELLES NOUVELLES REFERENCES  ?

Dans la perspective de cette Rencontre et des travaux qui suivront, la Note "martyr" suivante,  en cours d'affinement, sera soumise pour avis critiques et constructifs,  et éventuelles contributions, aux journalistes, professionnels et spécialistes des médias de nos contacts et réseaux respectifs, sur tous les continents. 
Le fruit de ces échanges sera repris à l'occasion de la réunion constitutive  du 14 novembre prochain, à Paris, et dans le cadre du Forum public alors ouvert sur ce site. 

=>  MEDIAS et PRESSE DANS LE MONDE

Dans un Monde en pleine mutation et aux enjeux considérables pour l’avenir de l’Humanité, comment garantir une information « responsable » qui soit une information libre, indépendante, qualitative et humaine ? Telles sont les questions auxquelles nous essaierons de répondre.
 

Les Médias, au regard de leur grande responsabilité et de leur importance, doivent pouvoir se ressourcer pour dépasser et relativiser la puissance des réseaux sociaux ouverts à toutes les manipulations. Eux-aussi doivent pouvoir se réinventer non seulement pour jouer ce rôle essentiel à la démocratie mais aussi, parfois, pour survivre. Acteurs d'une réinvention partagée du débat, ils peuvent demeurer ou redevenir des acteurs essentiels et respectés. 


Face aux immenses défis auxquels l'ensemble des pays et des populations de la planète sont confrontés pour leur avenir, les grand médias et les médias en ligne, la presse écrite, audio et TV, du territoire local au territoire national et à l'international ont un rôle fondamental à jouer pour informer, favoriser les prises de conscience, donner confiance et permettre la participation des populations et des jeunes en particulier à la résolution des problèmes rencontrés et à la mise en oeuvre de l'ensemble des objectifs du développement durable (ODD) adoptés par l'ONU en 2015.
 


La presse n’est pas une !

 
Journalisme d'information, journalisme d'investigation et d'alerte, journalisme de proximité, journalisme de vulgarisation, journalisme d'espoir et de solutions, journalisme participatif et citoyen, autant de formes d'approches existantes du journalisme qui irrigue les pratiques journalistiques et médiatiques.



Une  grande diversité de  médias  / une grande diversité de situations.


Des médias généralistes, locaux, régionaux et internationaux, des médias qui vont de l’instantané des réseaux sociaux et des chaînes et des radios d’information en continue et du quotidien au mensuel, des médias sous influences des Etats, des financiers et des lobbies, des médias indépendants, des médias à vocation partisane (politique, syndicale religieuses ou autre), des médias sur une ou des thématiques.

Des interrogations à se poser et auxquelles nous devons essayer d’apporter des réponses.


Donner à voir la réalité de la presse


-Quel état des lieux dans les pays?
-Journalisme et communication ?
-Quel apport des médias dans les territoires et le lien avec les populations?
-Quelles expériences et le statut des journalistes?
-Quelle formation des journalistes?
-Journaliste, engagement et militantisme sont-ils compatible?
-Le poids des réseaux sociaux


Pour une nouvelle approche

-Comment lutter contre la perte de crédibilité des médias classiques par apport aux médias dits alternatifs ?
-Comment concevoir des médias diversifiés, indépendants, critiques et moins liés aux intérêts dominants?
-Quelle place du numérique dans les nouvelles formes du journalisme?
-Quel apport à la promotion des priorités des ODD?
-Comment repenser et développer la formation des journalistes ?
-Comment favoriser des médias d’information libre et de qualité tout en veillant à leur indépendance financière
-Quels financements de la presse ?



Quelle contribution, quel apport pour la démocratie et la citoyenneté ?


-Quel rôle, quel apport de la presse dans les pratiques démocratiques?
-Comment favoriser l'éducation aux médias et à la maîtrise des réseaux sociaux chez les jeunes?
-Comment développer des médias avec participation des populations?
-Quels espaces de débats, d'échanges d'expériences construire entre acteurs des médias, des jeunes et des citoyens?




Approche sociale,  territoriale et internationale de la politique de santé,
en lien avec la société civile et la démocratie, 
avec intégration d'un concept adapté de service public
Thématique en cours de redéfinition
.
Annie Lévy-Mozziconacci est Médecin généticien à l’Hôpital Nord de Marseille, Maître de conférence au CHU de l’Université d’Aix Marseille. 
Ancienne conseillère municipale et métropolitaine d’Aix Marseille, elle a ouvert avec Médecins sans frontières un centre de dépistage Covid-19 dans les quartiers Nord.

https://www.liberation.fr/debats/2020/10/14/les-sciences-sociales-a-l-ecart-de-la-gestion-de-crise-sanitaire_1802237 

https://rmc.bfmtv.com/emission/un-medecin-alerte-sur-le-mal-logement-facteur-aggravant-de-propagation-du-covid-19-1990813.html 



Thématique N°2 : Approche sociale, territoriale et internationale de la politique de santé image

Luiz Henrique Diniz ARAUJO

Procureur Fédéral, Recife, Brésil

Expert constitutionaliste

En savoir plus  

Yves Borius

Ancien directeur du Budget, OCDE

Expert budget et finances publiques

Haram SIDIBE

Senior Experte ONU en Cooperation au Développement Humain et Chaines de Valeur Locales et Globales

Indra KUMAR

Haut fonctionnaire, Bangalore, Inde

Expert en finances publiques

Alberto Manuel POLETTI ADORNO

Universitaire, Asuncion, Paraguay

Expert Droit Constitutionnel Droits de l'Homme Droit International Public Droit Médical Droit Pénal International

En savoir plus  

Sassou PAGNOU

Enseignant chercheur, Lomé, Togo

expert en finances publiques et fiscalité

En savoir plus  

Nanou MUKOLONGA , RDC et France

Formatrice

Expert marketing, coaching, management et gestion de projet

Zhen Wei WANG

Professeur et expert pour la coopération la culture, la philosophie et les questions économiques, Chine

Les chroniques du professeur Ali SEDJARI

Les chroniques du professeur Ali SEDJARI

Les chroniques 2019-2020 Merci de bien vouloir excuser les difficultés de transcription. Nous allons y remédier dès que possible.

En savoir plus  

Événements Passés

TitreDateEmplacement
Quelle mondialisation ?16 Aou 2022Événement en ligne
L'initiative ID30 Nov 2021Montreuil, France
Des exigences du Dialogue

Des exigences du Dialogue

L’exigence de dialogue fait la force du politique quand il veut rassembler, mobiliser et créer le lien, apaiser les tensions et créer l’entente

En savoir plus  
Comment mettre un terme à la crise ukrainienne ?

Comment mettre un terme à la crise ukrainienne ?

Pour l'ancien Secrétaire d'Etat et Prix Nobel de la Paix américain, si l'Ukraine veut survivre et prospérer, elle ne doit pas être l'avant-poste de l'un contre l'autre. Elle doit fonctionner comme un pont entre l'Est et l'Ouest. Mais est il encore temps ?

En savoir plus  
The boat project

The boat project

The Boat Project est un projet proposant de faire de notre environnement commun, la Méditerranée, un élément essentiel d’éducation au vivre-ensemble,

En savoir plus