Peuples et citoyens du monde

 

Multilatéralisme et Nations Unies à la Veille du "Sommet du Futur". Pierrick HAMON

A l'initiative du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, Le « Sommet du futur » des 22 et 23 septembre prochains, à New York, vise à discuter de la réforme nécessaire pour créer un système des Nations Unies plus fort et moins dépendant des seules grandes puissances, pour qu’il corresponde mieux aux réalités géopolitiques actuelles. Aux think tanks de tous horizons, ceux plus engagés dans les relations internationales et la géopolitique, y compris les plus modestes qui n’ont pas facilement « voix au chapitre », de contribuer au débat, entre eux et avec l’Organisation des Nations Unies. I-Dialogos y prendra, modestement, mais de manière constructive, toute sa part / PH le 18 juillet 2024

En savoir plus  

Quelle planification urbaine pour une ville durable ? Ahmed CHITACHNI

La problématique de la ville durable est toujours relative à des contextes géographiques, ce qui rend peu comparables, par exemple, les politiques conduites dans les villes du nord et du sud. La spécificité des milieux géo-historiques, écologiques et culturels, et des jeux d’acteurs demande une adaptation des politiques à chaque contexte et singularité urbaine. La ville durable marocaine doit prendre (et rendre) en compte les spécificités locales sociales et culturelles et non importer des modèles tous faits quand bien même ils ont fait leurs preuves ailleurs / Ahmed Chitachni est chercheur en anthropologie urbaine. Il scrute depuis longtemps, et avec attention, les évolutions urbaines, et en particulier celles des villes africaines, à commencer par la sienne, la quasi mythique Casablanca./ 14 juillet 2024

En savoir plus  

La globalizzazione : apogeo o crepusculo ? Jacques SOPPELSA

Interview Gli Europei sembrano i soli al mondo a rigettare di fatto la propria identità , mentre le altre nazioni si sviluppano in reazione all’universalismo occidentale e utilizzano la globalizzazione come un vero volano della potenza della loro nazione, o della loro civiltà. / Jacques Soppelsa, professore emerito di Geopolitica all’Università Parigi I – Pantheon Sorbonne, ex Presidente dell’Università, è stato uno dei redattori della Magna Charta delle Università e dei fondatori del Programma Erasmus ed è uno dei maggiori studiosi di geopolitica. Soppelsa è uno dei promotori del think tank I – Dialogos / in LAB Politiche e Culture N3. / Version française jointe. / 15 juillet 2024

En savoir plus  

Quid du fonctionnement de la République française et de ses Institutions ? Patrice CARDOT

Devant le constat d’ignorance de la plupart des citoyens à l’égard du fonctionnement de la République française et de ses Institutions malgré les initiatives nombreuses prises à cet égard par ces dernières (Conseil constitutionnel, Conseil d’Etat, Sénat, Assemblée nationale, Ministères, Défenseur des droits, les sites Vie-publique.fr et services-publics.fr, etc.), le besoin de clarification et d’explication des principales notions clés et des mécanismes qui y interviennent est patent. Patrice CARDOT propose quelques éléments utiles à la compréhension des grandes caractéristiques du modèle institutionnel français actuel, tout en relevant quelques lacunes et dysfonctionnements./ 16 juillet 2024

En savoir plus  

Et maintenant, en France... refaire de la politique ! Frédéric GILLI

"Pour inventer la France de demain, pour construire de nouveaux imaginaires à opposer au repli mortifère, il va donc falloir refaire de la politique : il va falloir retisser des liens, jeter des passerelles et aller sur le terrain pour mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons et mettre ce constat au cœur du débat public. Il faudra aussi, au sein des partis politiques, prévenir la capture systématique des débats par les logiques d’appareil. Il n’y a qu’une seule solution radicalement démocratique : discuter ! Retrouvons-nous et réfléchissons ensemble à l’avenir que l’on veut se construire collectivement. Mettons à plat qui nous sommes et qui nous voulons être, en regardant la multiplicité du monde. Alors nous pourrons avancer collectivement.". Frédéric GILLI, in AOC Média , JCM / 16 juillet 2024

En savoir plus  

Les engagements de Marwa MAHMOUD, militante italienne des Droits humains

« En Italie, contrairement à des pays qui ont pu opter pour d'autres modèles tels que le multiculturalisme au Royaume-Uni, ou l'assimilationnisme en France, la capacité à inventer et créer de bonnes pratiques au niveau local l'a emporté, parce que l'Italie est un grand pays où la force réside avant tout dans les territoires. Nous devrions être ainsi en mesure de synthétiser le système et de créer une loi-cadre nationale sur l'immigration, l'accueil et la cohésion sociale » / Marwa MAHMOUD, in LAB Politiche et culure / le 09-06-2024-

En savoir plus  

La démocratie africaine ne serait-elle pas à nouveau en marche ? Serge M. TOMONDJI

Pas moins de onze élections présidentielles figurent dans l’agenda politique de l’Afrique pour cette année 2024. Quatre d’entre elles se sont déjà tenues et le rendez-vous des Rwandais, le 15 juillet prochain, avec les urnes de leur pays, inaugure le cycle pour le second semestre déjà bien entamé. La danse des urnes se poursuit donc sur le continent, avec des enjeux multiples et des conséquences diverses./ L’article de Serge Mathias TOMONDJI, à Ouagadougou , dans le quotidien burkinabé LIBRE INFO de ce 13 juillet 2024.

En savoir plus  

En Inde, Augustin BRUTUS: pour une approche holistique du dévelopement.

« Nous partons des gens : nous nous efforçons de les écouter, de les comprendre… Vis-à-vis du « Nord », nous nous efforçons de donner des clés pour comprendre nos situations et nos luttes. Pour affirmer les convictions et les engagements, nous renvoyons les gens du "Nord" à leur histoire, leur vécu, afin qu’ils désapprennent, revoient leurs comportements, s’ouvrent à d’autres concepts et logiques ». / Augustin Brutus est, à Pondichery, le fondateur et directeur de l’INDP (Intercultural Network for Development and Peace). / Nelle diffusion 13.05.2024

En savoir plus  

Les révélations de Déo NAMUJIMBO, journaliste congolais réfugié en France

L'enquête internationale « Rwanda Classified .» qui a mobilisé 50 journalistes de 17 médias dans 11 pays, confirme les révélations de Déo Namujimbo et Francoise Germain-Robin. Déo, journaliste et écrivain franco-congolais, déjà lauréat de différents prix internationaux récompensant la maîtrise de la langue française et le combat pour la liberté de presse, a été correspondant de RSF (Reporters sans frontières) et de plusieurs agences de presse en RDC. Après avoir échappé à plusieurs tentatives d’assassinats, il a été accueilli pendant huit mois à la « Maison des journalistes » dans le 15ème arrondissement de Paris. / Interview / PH Act.le 23.06.2024.

En savoir plus  

Les médias mettent-ils en danger la démocratie ?

A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.”, disait Georges Orwell, en 1984. Aujourd’hui, les médias, tous supports confondus, nous disent-ils la vérité ? Les médias mettent-ils en danger la démocratie ? Une simple petite vadrouille dans les méandres des médias du monde, plus particulièrement ceux des grandes démocraties de notre temps, nous laisse pensifs. Notre monde s’enlise-t’il dans la falsification, la supercherie, le mensonge et les menteries ? / Habiba MEJRI CHEIKH / Tunis, Nelle publ. / le 07.05.2024 -

En savoir plus  

La question politique est transnationale et mondiale.

Paul GHILS est, à Bruxelles, le fondateur et Rédacteur en chef de la célèbre revue internationale COSMOPOLIS : "Le projet initial de la SdN, amplifié par les Nations unies, s’est conforté au XXe siècle pour s’affaiblir au cours de ce siècle. Les empires coloniaux européens sont certes arrivés à leur terme, mais la greffe de la démocratie « importée » est en train de dépérir et n’éteint pas les conflits internes, qui parfois virent à l’ethnocide ou au génocide... Centrée sur l’immédiat, l’humanité ne parvient pas à concevoir un droit qui l’intègre dans la biosphère et garantisse le bien commun des générations futures". Interview. 13/02/2024

En savoir plus  

Les Outre-Mer et la Francophonie, une chance pour la France

Walles KOTRA, originaire de l’île de Tiga en Nouvelle-Calédonie, a été directeur exécutif chargé de l’Outre-mer au sein du groupe France Télévisions./ Interview : « L’Etat français doit apprendre à se reformuler. La démarche peut apparaître compliquée pour un Etat qui s’est construit dans le jacobinisme mais c’est un enjeu important pour l’avenir. Les universitaires, les diplomates, les responsables économiques et politiques devraient prendre ce sujet à bras le corps. Je n’ai hélas pas l’impression que l’on avance dans cette direction ». / Entretien avec JC MAIRAL / 28.02.2024

En savoir plus  
Francophonie
La jeunesse,
actrice de la Francophonie du 21ème siècle
A la veille du Sommet de Villers Cotterêts,  que pensent les jeunes de la francophonie ?  Le Think Tank International I-Dialogos et Agora francophone posent  4 questions à des jeunes (14-30 ans) de la planète francophone.
=> https://drive.google.com/file/d/1Vu97yEM_p3LQYNUxKA5CMWnU3rg32jyF/view?usp=share_link 

1) Vous sentez vous francophones ? Que signifie pour vous être francophone aujourd’hui ? Est ce que ce terme vous parle ?
2) Selon vous, doit on parler de francophonie ou des francophonies ? C’est-à-dire de repenser la francophonie au singulier en francophonies au pluriel
3) Pour vous, locuteurs, locutrices de la langue française, quelle devrait être une francophonie du 21ème siècle ?
4) Selon vous n’est-il pas temps de mettre la jeunesse au cœur de la francophonie, d’en faire les acteurs et actrices majeurs de l’espace francophone au plan mondial ? 


Merci de contribuer !  Soyez libres ! 
Envoyez à Jean-Claude Mairal co-président de I-Dialogos => jcmairal@i-dialogos.com 
le 05/06/2024
Médias
Commission Médias
Les conclusions de la visio conférence zoom de ce 21 mai 2024, avec la participation de journalistes de plusieurs pays, seront prochainement mises  en ligne. La réunion a été introduite, et modérée, par Habiba Mejri Cheikh, co-présidente de I-Dialogos, journaliste tunisienne et ancienne directrice Presse Commmunication de l'Union Africaine, et par Patrice Cardot, ancien haut fonctionnaire français, et ce, à partir de leurs notes respectives  => lien ci-dessous.  L'accent a été mis sur le professionalisme, l'indépendance et le pluralisme ainsi que sur la nécessité de distinguer plus clairement journalisme d'information et journalisme d'opinion, de ne pas confondre le journalisme d'information avec le journalisme militant ou le journalisme "officiel" et de propagande. Il a enfin été recommandé de croiser les regards avec les médias des autres, sur les différents continents, et de développer l'éducation aux médias. Des participants se sont engagés à présenter les modalités d'une étude relative à la  propriété des médias en Afrique, après celle réalisée par Le Monde Diplomatiqiue en Europe.
https://www.i-dialogos.com/médias-et-presse-dans-le-monde 
Tanger
3 et 4 mai derniers, 5ème colloque scientifique du CERIPP à Tanger (Maroc)
A l’initiative du Professeur Ali SEDJARI, président du Ceripp et co-président du think tank I-Dialogos, et en collaboration avec le Ministère de l’urbanisme, du logement, des villes et de l’Aménagement du Territoire du Royaume du MAROC,  la Fondation allemande Hanns Seidel, l'Institut Montpensier,  l'Institut Supérieur International du Tourisme  de Tanger et  I-Dialogos, cette dernière édition portait sur l’importance du territoire dans la production des politiques publiques , alors que nous assistons, probablement, à la fin d’un cycle, celui de l’Etat-Nation. Notre Délégué Général Pierrick HAMON y est intervenu avec Ali SEDJARI, au nom de I-Dialogos.
"Territoires, Gouvernance multi-niveaux et ouverture sur le monde" :
https://drive.google.com/file/d/1XN46z5xv1P1P7lmS_M_n-m6QqR77boTp/view?usp=share_link 
Les conclusions
L’Assemblée 2024 du "Réseau" I-Dialogos, fait suite à l’AG constitutive de janvier 2023, suivie de la déclaration de "I-Dialogos International" au Journal Officiel de la République française en date du 23 mars suivant. Elle sera prolongée en juin prochain par une seconde AG statutaire avec les adhérents de l’association sachant que  l’essentiel est le Réseau I-Dialogos. Cette assemblée du 9 avril 2024 s’est, pour la première fois, tenue à distance en VISIO sous la présidence, depuis Dakar, du président Abdoulaye SENE, avec près de 60 participants de 37 pays, sur différents continents. C’est la pluralité des contributions qui permettra d’avancer de manière constructive =>
Brésil
Ce mardi 12 mars, Jean-Claude Mairal, co-président, et Pierrick Hamon, Délégué Général, ont été reçus à l’Ambassade du BRESIL à Paris, par l’Ambassadeur SE Monsieur Ricardo Neiva Tavares et le Ministre Conseiller André Maciel. Tous deux ont souligné leur  intérêt  pour I-Dialogos. A l’issue d'un passionnant échange, ycompris autour de la place du Brésil sur la scène diplomatique, il a été convenu, avec l’aide de l’Ambassade et en liaison avec Luiz Henrique Diniz Aurajo, notre Correspondant et l’équipe au Brésil, de développer les contacts, autour du sujet « Médias et démocratie », et  de la relation Amazonie/Guyane/Caraïbe/Afrique. Idem à propos de la  récente visite du Président Macron au Brésil et du Sommet de la Francophonie d'octobre 2024. 

Think Tank en construction

Le traitement médiatique de l’actualité, et pas seulement récente, a mis en évidence les limites et les dangers de considérations stéréotypées qui privilégient l’émotion et le court terme, sans écoute véritable des acteurs concernés ni prise en compte de la diversité des situations, notamment internationales.  L’exigence de dialogue fait pourtant la force de la diplomatie, quand elle est subtile et à l’écoute, à la différence des approches strictement militaires, généralement limitées dans le temps et dont l’actualité vient encore de souligner les limites...

The media treatment of current events, and not just recent ones, has highlighted the limits and dangers of stereotypical considerations which favor emotion and the short term, without truly listening to the actors concerned or taking into account the diversity of situations. , particularly international. However, the requirement for dialogue is the strength of diplomacy, when it is subtle and attentive, unlike strictly military approaches, which are generally limited in time and whose limits have been further highlighted by current events..

                                                                                            Assemblées Générale  constitutive 

                                   Le DIALOGUE est donc le maître mot de cette initiative délibérément, et en priorité, ouverte sur le monde.

=>  Médias ? Quels Médias ?

undefined
Le pilotage image
contact@i-dialogos.com  /  www.i-dialogos.com 

Le Comité international de pilotage
Reine Benao-Sakandé (Ouagadougou), 
Annie Levy-Mozziconacci (Marseille), 
Jean-Claude Mairal (Vichy),  Habiba Mejri-Cheikh (Tunis), 
Oumou Sall Seck (Bamako), Ali Sedjari (Rabat), Abdoulaye Sene (Dakar).
Pierrick Hamon (Montreuil), Marc Pinelli (Paris).
Présentation des membres
Principaux contributeurs  
Luiz Henrique Dinz ARAUJO / Reine BENAO-SAKANDE / Patrice CARDOT / Alphonse CILUMBA / Christophe de COTENSON / Manoubia DEBBICHE / David DJAÏZ / Albena DIMTROVA / Vladimir FEDOROVSKI / Ariel FRANÇAIS / Giuseppe GILIBERTI / Paul GHILS / Bruno GIRARD / Pierrick HAMON / Jean-Paul JOUARY / Walles KOTRA / Catherine LE PELLETIER / Annie LEVY-MOZZICONIACCI / Jean-Claude MAIRAL / Eva MAZGAL / Guy METTAN / Habiba MEJRI-CHEIKH /  Déo NAMUJIMBO / Wielfried N’SONDE / Ridha MENASSEL / Christian PHILIP / Marc PINELLI / Zachary RICHARD / Jeffrey SACHS / Ali SEDJARI / Ho SACK-WA-BADAMIE / Oumou SALL-SECK / Abdoulaye SENE / Jacques SOPPELSA / Serge Mathias TOMONDJI / Christian TREMBLAY / Michel URVOY / Jimmy VAKAULIAFA/ Martin ZIGUELE / …
Argument image
                                                                           in English below

Nous venons de vivre une période singulière et inédite de notre histoire, avec des conséquences planétaires.  Provoquée par un virus, qui n’est ni le premier ni le dernier, cette crise a touché tous les pays, indépendamment de leurs niveaux de développement. Les conséquences en sont encore  imprévisibles. En cela elle nous rappelle que nous sommes tous dans « le même bateau », sur la même planète.

Est-ce la fin de l’histoire dont nous avait parlé Francis Fukuyama au moment de la chute du mur de Berlin ? Certainement pas si l'on considère ce qui a surgi à l'est de l'Europe et au Moyen Orient comme en Afrique centrale.

Ce pourrait, en tous cas, être l’occasion d’envisager un changement profond des politiques et des paradigmes, avec une pensée nouvelle et mieux partagée, qui ne doit plus être réservée, voire parfois accaparée, par des élites installées.

La crise a montré la nécessité d'un vrai multilatéralisme, un multilatéralisme adapté au monde tel qu’il est aujourd’hui, en évolution accélérée et plus ouvert à nos sociétés, dans toute sa complexité et riche de sa diversité.


L'Europe arrivera-t-elle à dépasser sa fonction de caisse de résonance pour peser enfin de tout son poids et en toute réelle indépendance ?    

L'actualité récente démontre, et brutalement,  que cela redevient une exigence, face à des conflits majeurs  OTAN/Russie (en Ukraine), Israël/Palestine-Gaza,  Congo/Rwanda, et ailleurs ...  

On peut aussi espérer que, notamment en Afrique – mais pas seulement - les grandes organisations sous régionales, qui s'en inspirent, puissent jouer un rôle crucial dans la lutte coordonnée contre la pandémie et contre l’insécurité, et dans une approche transfrontalière, libérée des interventions étrangères, et parfois de voisinage.

Au niveau des Etats, se pourrait-il que l'autorité publique tant décriée au cours de ces dernières années, retrouve, et à tous les niveaux - du local au global - un minimum de confiance de la part des citoyens, au moins dans les pays où elle a su allier l'esprit de compromis avec la rigueur de l'action, tout en évitant l’imposition de quelque modèle ou système que ce soit.

Si une conviction émerge de nos analyses, c'est bien le rôle que doivent jouer les territoires et les citoyens, avec leurs élus et responsables, et avec l’ensemble des acteurs économiques, culturels, associatifs... dans la période de reconstruction, matérielle, mais aussi intellectuelle et morale qui s'avère indispensable, dans la prise en compte de l’hétérogénéité des démarches que le dialogue rend possible. 


Un dialogue qu'une nouvelle conception de la  Francophonie pourrait concrètement faciliter : une Francophonie internationale plus ouverte et mieux partagée, une Francophonie plus investie et mieux valorisée, une Francophonie moins institutionnelle et, surtout, plus citoyenne.

Les Médias donc, au regard de leur grande responsabilité et de leur importance, doivent pouvoir se ressourcer pour dépasser et relativiser la puissance des réseaux « sociaux » ouverts à toutes les manipulations comme à toutes les facilités. 


Eux-aussi, les journalistes – nombreux  parmi nous - sont trop souvent englués dans des discours univoques , parfois même militants, au nom d'une liberté de la presse opportunément interprétée et d'un "universalisme" à sens unique.  Les exemples hélas foisonnent.

Souvent otages d'un spectacle politico-médiatique qu'ils dénoncent, les médias doivent donc pouvoir se réinventer, non seulement pour jouer ce rôle indispensable à toute société démocratique mais aussi, de plus en plus souvent, pour survivre. Acteurs d'une réinvention du débat, partagée et en profondeur, ils peuvent demeurer, ou redevenir, des acteurs essentiels et respectés.  Il s’agit d’un enjeu essentiel, avec la place de la Justice dans tout Etat de droit.

L'actualité médiatique, concentré sur les deux conflits du Moyen Orient et en Ukraine, et le silence assourdissant concernant d'autres conflits, au moins aussi graves, dans le monde, démontre donc une fois encore, l'urgence d'échanger et de réellement dialoguer, et donc d'écouter et réfléchir comme l'ont souligné  le président Léopold Sédar Senghor et le philosophe Francois Jullien., nos deux "grandes références" (lire plus bas).

Face à un certain vide de la pensée politique, et à une crise d’adaptation de la démocratie, nous estimons donc fondamental de contribuer, collectivement, à une réflexion novatrice autour de l’impératif d’entreprendre des refondations anthropologiques, philosophiques, médiatiques, politiques, éthiques, économiques, sociales et sociétales. Cette ambition politique ne peut être fondée que sur l’action et la raison.

Comme quoi une pandémie mondiale et les menaces d'une mondialisation des conflits en cours, peuvent aussi être l’occasion, pour nos sociétés, de mesurer l’importance de se cimenter avec des initiatives créatrices de débats, des débats véritablement ouverts et respectueux, pour assurer au mieux des actions raisonnées. Il y a urgence.

Voici un chantier pour nous, initiateurs de I-Dialogos avec celles et ceux qui, de par le monde, choisiraient d’y participer, ainsi qu’à la publication qui permettra, à partir d’un croisement des regards, de partager, confronter et élargir plus encore analyses et propositions.

A nous alors d’en être ensemble les bâtisseurs. Trois thématiques ont ainsi été proposées  pour cette année, avec des contours qui restent encore à définir précisément et collectivement : 


Il conviendra, dans un deuxième temps, et en fonction de l’intérêt suscité, d’inventer et préciser les modalités de ce dialogue.  Nous pourrons nous y retrouver dans une diversité qui fondera notre force comme notre originalité.

N’est-ce pas Franklin Roosevelt, qui lors des sombres années 1930, affirmait : « Les hommes ne sont pas prisonniers de leur destin, mais de leur propre esprit »..


We have just experienced a unique and unprecedented period in our history, with global consequences. Caused by a virus, which is neither the first nor the last, this crisis has affected all countries, regardless of their levels of development. The consequences are still unpredictable. In this it reminds us that we are all in “the same boat”, on the same planet.

----------------------------------------------------------------------------------------------------


Is this the end of the story that Francis Fukuyama told us about when the Berlin Wall fell? Certainly not if we consider what has arisen in Eastern Europe and the Middle East as well as in Central Africa.

It could, in any case, be an opportunity to consider a profound change in policies and paradigms, with new and better shared thinking, which should no longer be reserved, or even sometimes monopolized, by established elites.

The crisis has shown the need for true multilateralism, a multilateralism adapted to the world as it is today, in rapid evolution and more open to our societies, in all its complexity and rich in its diversity.

Will Europe manage to go beyond its role as a sounding board and finally exert all its weight and with complete independence?

Recent news demonstrates, and brutally, that this is once again becoming a requirement, in the face of major conflicts between NATO/Russia (in Ukraine), Israel/Palestine-Gaza, Congo/Rwanda, and elsewhere...

We can also hope that, particularly in Africa – but not only – the large sub-regional organizations, which draw inspiration from it, can play a crucial role in the coordinated fight against the pandemic and against insecurity, and in a cross-border approach, freed from foreign, and sometimes neighboring, interventions.

At the state level, could it be that the public authority so much criticized in recent years, regains, and at all levels - from local to global - a minimum of confidence on the part of citizens, at least in the country where it has been able to combine the spirit of compromise with the rigor of action, while avoiding the imposition of any model or system whatsoever.

If one conviction emerges from our analyses, it is the role that territories and citizens must play, with their elected officials and managers, and with all economic, cultural, associative actors, etc. in the reconstruction period, material, but also intellectual and moral which proves essential, in taking into account the heterogeneity of the approaches that dialogue makes possible.

A dialogue that a new conception of the Francophonie could concretely facilitate: a more open and better shared international Francophonie, a more invested and better valued Francophonie, a less institutional and, above all, more civic-minded Francophonie.

The Media therefore, in view of their great responsibility and their importance, must be able to recharge their batteries in order to overcome and put into perspective the power of “social” networks open to all manipulations and all facilities.

Journalists too – many of us – are too often stuck in unequivocal, sometimes even militant discourses, in the name of an opportunely interpreted freedom of the press and a one-sided “universalism”. Unfortunately, examples abound.

Often hostage to a political-media spectacle that they denounce, the media must therefore be able to reinvent themselves, not only to play this role which is essential to any democratic society but also, more and more often, to survive. Actors in a shared and in-depth reinvention of the debate, they can remain, or once again become, essential and respected actors. This is an essential issue, with the place of Justice in any rule of law.

The media news, focused on the two conflicts in the Middle East and in Ukraine, and the deafening silence concerning other conflicts, at least as serious, in the world, demonstrates once again, the urgency of exchanging and to truly dialogue, and therefore to listen and reflect as underlined by President Léopold Sédar Senghor and the philosopher Francois Jullien, our two “great references” (read below).

Faced with a certain void in political thought, and a crisis of adaptation of democracy, we therefore consider it fundamental to contribute, collectively, to innovative reflection around the imperative to undertake anthropological, philosophical, media, political, ethical, economic, social and societal. This political ambition can only be based on action and reason.

This shows that a global pandemic and the threats of a globalization of ongoing conflicts can also be an opportunity, for our societies, to measure the importance of cementing ourselves with initiatives that create debates, truly open and respectful debates, to ensure reasoned actions as best as possible. It's urgent.

Here is a project for us, initiators of I-Dialogos with those who, around the world, would choose to participate in it, as well as in the publication which will allow, from a crossing of perspectives, to share, confront and further broaden analyzes and proposals.

It is then up to us to be its builders together. Three themes were thus proposed for this year, with contours which still remain to be defined precisely and collectively:

- Media and press around the world
- International approach to health cooperation policies
- What democracy, what democracies? which territories?
- Overseas territories
- Francophonies?

It will be appropriate, secondly, and depending on the interest aroused, to invent and specify the modalities of this dialogue. We will be able to find ourselves there in a diversity which will establish our strength as well as our originality.

Wasn't it Franklin Roosevelt, who in the dark 1930s said: "Men are not prisoners of their destiny, but of their own minds."


Emna BEN BRAHIM ABBES

Ancienne ambassadeure, Tunisie

I-Dialogos Francophonie

En savoir plus  

Reine BENAO SAKANDE.

Coprésidente et cofondatrice de I-Dialogos, Députée à l'Assemblée Nationale du Burkina Faso et au Parlement de la CEDEAO, Ouagadougou

Pierrick HAMON

Délégué Général et Cofondateur de I-Dialogos, Paris, France

Mohamed-Razak JEDAY

Professeur d’Université, Gabes, Tunisie

Président Directeur Général Pôle Industriel et Technologique de Gabès, Tunisie

En savoir plus  

Annie LEVY-MOZZICONACCI

Coprésidente de I-Dialogos. Présidente de "Innovons pour Marseille", France

Jean-Claude MAIRAL

Coprésident et cofondateur de I-Dialogos, , Vichy, France

Ewa MAZGAL

Journaliste, Olsztyn, Pologne

Habiba MEJRI-CHEIKH

Coprésidente et cofondatrice de I-Dialogos, ex Directrice de l'Information et de la Communication de l'Union Africaine, Tunisie

Irina RECKCHAN

Universitaire, chercheuse au Centre Leontief de Saint-Petersbourg, Russie

Joel Franz ROSELL

écrivain, et Poète, Cuba

Ali SEDJARI

Co-président et co-fondateur de I-Dialogos

Oumou SALL-SECK

Co-Présidente, maire de Goundam, Mali, ambassadeure à Berlin

Abdoulaye SENE

Coprésident de I-Dialogos, Secrétaire Exécutif du Forum mondial de l’eau 2022, Sénégal

Raoul TAMEKOU TSOWA

président Idée-Afrique, Montréal, Canada,

Juliette SOULABAILLE

maire honoraire, ancien membre du Comité Européen des Régions, France

Alphonse TSHILUMBA MUTEBA

Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances, Kinshasa, RDCOngo

Simione Jimmy VAKAULIAFA

Consultant en Intelligence économique, Wallis et Futuna et Fiji, France

Les premiers signataires image
Les promoteurs et premiers signataires de  l’Initiative I-Dialogos au 11.03.2022

Emna BEN BRAHIM ABBES (ancienne ambassadeure, Tunisie), Luiz Henrique Diniz ARAUJO (Procureur Fédéral, Recife, Brésil), Reine BENAO-SKANDE (Députée à l'Assemblée Nationale du Burkina Faso et au Parlement de la CEDEAO), Yves BORIUS (ancien directeur du Budget, OCDE), Luciano CARRINO (KIP International School, Rome, Italie), Mohamed-Razak JEDAY (Professeur d’Université, Gabes, Tunisie), Pierrick HAMON (Ancien SG et président du FERAM et cofondateur du Global Local Forum, France), Indra KUMAR (Haut fonctionnaire, Inde), Annie LEVY-MOZZICONACCI (Médecin généticien hospitalo-universitaire Aix Marseille, France), Jean-Claude MAIRAL (Président de « Planète Jeunes reporters-Sur les pas d'Albert Londres », France), Ewa MAZGAL (Journaliste, Pologne), Falilou MBACKE CISSE (Dakar, Sénégal),  Habiba MEJRI-CHEIKH (Journaliste, ex directrice de l'Information et de la Communication de l'Union Africaine, Tunisie), Guy METTAN (ancien président du Club de la presse, Genève, Suisse), Nanou MUKOLONGA (Formatrice, Kinshasa, RDC), Sasso PAGNOU (Enseignant chercheur, Lomé, Togo), Alberto Manuel POLETTI ADORNO (Universitaire, Asuncion, Paraguay), Irina RECKCHAN (Universitaire, chercheuse au Centre Leontief de Saint-Petersbourg, Russie), Ali SEDJARI (Universitaire, président du CERIPP, Rabat, Maroc), Joel Franz ROSELL (écrivain, Cuba), Haram SIDIBE (expert UN développement humain local, Mali/Italie), Juliette SOULABAILLE (maire honoraire, ancien membre du Comité Européen des Régions, France), Simione Jimmy VAKAULIAFA (Consultant en Intelligence économique, Wallis et Futuna et Fiji, France), Raoul TAMEKOU TSOWA (IdéesAfrique, Montreal, Canada), Alphonse TSHILUMBA MUTEBA (Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances, Kinshasa, RDC), Zhen Wei WANG, (professeur, expert coopération avec la Chine), …

Luiz Henrique Diniz ARAUJO

Procureur Fédéral, Recife, Brésil

Expert constitutionaliste

En savoir plus  

Haram SIDIBE

Senior Experte ONU en Cooperation au Développement Humain et Chaines de Valeur Locales et Globales

Marc PINELLI

Journaliste, Membre du Comité de pilotage I-Dialogos

Yves Borius

Ancien directeur du Budget, OCDE

Expert budget et finances publiques

En savoir plus  

Indra KUMAR

Haut fonctionnaire, Bangalore, Inde

Expert en finances publiques

Esther Olga KENDECK

Présidente fondatrice de l’Association Femmes et Normalisation en Francophonie, Cameroun

Alberto Manuel POLETTI ADORNO

Universitaire, Asuncion, Paraguay

Expert Droit Constitutionnel Droits de l'Homme Droit International Public Droit Médical Droit Pénal International

En savoir plus  

Sassou PAGNOU

Enseignant chercheur, Lomé, Togo

expert en finances publiques et fiscalité

En savoir plus  

Zhen Wei WANG

Professeur et expert pour la coopération la culture, la philosophie et les questions économiques, Chine

Les Correspondants pays image
 Correspondants et groupes pays 
Ils permettront une présence sur tous les continents et dans un maximum de payset constitueront le socle de l'initiative I-Dialogos. Actuellement, au 22 mars 2024, 40 pays sont "représentés".
Nos grandes  références : Leopold Sédar SENGHOR imageNos grandes  références : Leopold Sédar SENGHOR image
Négritude, francophonie, recherche des conditions de réalisation de cette civilisation de l'universel qui serait fondée sur l'interpénétration, le dialogue, l'influence réciproque de toutes les cultures : tels sont les thèmes majeurs de la pensée du poète président L. S. Senghor.

Après avoir montré comment, de tous temps, les sociétés se sont développées par métissage culturel autant que biologique, Senghor considère le DIALOGUE des cultures et des religions comme le moyen, pour l'humanité du troisième millénaire, de surmonter tant de déséquilibres (qui sont sources de tant de conflits) notamment entre l'"Euramérique" et le Tiers Monde.

Un tel rééquilibrage passe en particulier par la reconnaissance des valeurs de la Négritude - un concept introduit par Aimé Césaire - dans laquelle L. S. Senghor voyait dès 1964 "une pierre d'angle dans l'édification de la Civilisation de l'Universel, qui sera l'oeuvre commune de toutes les races, de toutes les civilisations différentes - ou ne sera pas".

Sa poésie, fondée sur le chant de la parole incantatoire, est construite sur l'espoir de créer une Civilisation de l'Universel, fédérant les traditions par-delà leurs différences.


Léoplod Sédar Senghor est , pour nous, une référence essentielle, notamment autour de l'indispensable dialogue des cultures et des religions.


Léopold Sédar Senghor est un des hommes politiques phare de l’Afrique et un des poètes majeurs de la « négritude ». Né le 9 octobre 1906 à Joal au Sénégal, il est un brillant élève, et c’est avec son baccalauréat et une bourse d’études en poche qu’il rejoint Paris en 1928. Entré en classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand, il rencontre Georges Pompidou, avec qui il se lie d’amitié, mais aussi Aimé Césaire, avec lequel il invente la « Négritude », mouvement littéraire de l’entre-deux-guerres qui affirme une identité « noire » contre la domination coloniale.

En 1935, il est reçu à l’agrégation de grammaire, et devient professeur de français. Il est alors le premier Africain à réussir ce concours. Quatre ans plus tard, ses premiers poèmes seront publiés en revue, juste avant sa mobilisation dans l’armée française. Il participe à la campagne de France en 1940 et est fait prisonnier comme des dizaines de milliers d’autres soldats coloniaux. Il est alors interné en France, parce que les Nazis refusaient au nom de leur idéologie raciste que des soldats noirs soient retenus sur le sol allemand.


Au sortir de la guerre, deux évènements marqueront les débuts de sa double carrière de poète et d’homme politique : la parution en 1945 son premier recueil intitulé « Chants d’ombre » et son élection la même année comme député du Sénégal à l’Assemblée nationale constituante. En 1948, la parution de « Hosties Noires » et de son « Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française » (préfacée par un texte fameux de Jean-Paul Sartre, « Orphée noir »), en fait une voix majeure de la littérature francophone.


Jusqu’à l’indépendance du Sénégal il est une figure de la vie politique française – il sera ainsi pendant dix mois en 1955-56 secrétaire d’État à la présidence du Conseil dans le cabinet d’Edgar Faure et participera activement aux débats sur l’autonomie des colonies et l’installation de la Vème République. Premier président de la République du Sénégal en 1960, il gouverne le pays jusqu’en 1980, avant de démissionner en faveur de son premier ministre. En 1983, il est le premier Africain élu à l’Académie française. Décédé en 2001, il laisse une œuvre poétique et littéraire importante, couronnée par une quinzaine de prix littéraires.


Dans son livre « Hostie » qui signifie victime d’un sacrifice ou d’un holocauste, Senghor célèbre le sacrifice de ses frères d’armes, soldats noirs des deux guerres mondiales qu’il veut voir honorés au même titre que les résistants et les combattants de la Libération. En 18 poèmes, il mêle les époques, les drames et les moments d’héroïsme, évoquant à la fois les Tirailleurs Sénégalais et les soldats africains américains, et dénonce la tragédie de Thiaroye dans un poème (« Tyaroye ») écrit quelques jours seulement après que l’armée française a massacré en décembre 1944 des tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leur solde.


Son « Poème liminaire » contient ces vers célèbres, qui résonnent encore aujourd’hui pour honorer le sacrifice des Tirailleurs Sénégalais et rejeter le racisme et les préjugés :


""Vous Tirailleurs Sénégalais, mes frères noirs à la main chaude sous la glace et la mort,
Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'arme, votre frère de sang?
Je ne laisserai pas la parole aux ministres et pas aux généraux,
Je ne laisserai pas -non!- les louanges de mépris vous enterrer furtivement,
Vous n'êtes pas des pauvres aux poches vides sans honneur,
Mais je déchirerai les rires Banania sur tous les murs de France.""

Source : Fondation pour la mémoire de l'esclavage

https://www.presidence.sn/presidence/leopold-sedar-senghor 

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9opold_S%C3%A9dar_Senghor 




Nos grandes références : François JULLIEN, image
"IL est temps de sortir à la fois de l'universalisme facile et du relativisme paresseux : notamment de repenser le dia-logue des cultures en termes, non d'identité, mais d'écart et de fécondité; d'envisager ainsi ces cultures comme autant de ressources à explorer, mais que l'uniformisation du monde aujourd'hui menace.  Car seul ce pluriel des cultures permettra de substituer au mythe arrêté de l'Homme, le déploiement infini de l'humain, tel qu'il se promeut et se réfléchit entre elles".
François JULLIEN


Philosophe, sinologue et helléniste, François Jullien a déployé son travail à partir des pensées de la Chine et de l’Europe. Il en a tiré, plutôt qu’une comparaison, une nouvelle problématisation qui, déconstruisant du dehors les partis-pris de l’ontologie européenne, permette de reconsidérer, d’un autre biais, les champs de la stratégie, de l’éthique ou de l’esthétique.

Cette réflexion interculturelle l’a conduit à reposer la question de l’universel en l’affranchissant tant de l’universalisme facile (ethnocentrique) que du relativisme paresseux (culturaliste). 

Ancien élève de l’ENS de la rue d’Ulm et agrégé de l’Université, François JULLIEN a étudié la langue et la pensée chinoises aux universités de Pékin et Shanghaï, avant de prendre en charge la responsabilité de l'Antenne française de sinologie à Hong-Kong puis comme pensionnaire de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Successivement président de l'Association française des études chinoises, directeur de l'UFR Asie orientale de l’université Paris-VII), président du Collège international de philosophie, professeur à l'Université Paris Diderot et directeur de l'Institut de la pensée contemporaine ainsi que du Centre Marcel-Granet, il actuellement titulaire de la chaire sur l'altérité créée à la Fondation Maison des sciences de l'homme.

François Jullien est  pour nous, avec L.S. Senghor, une référence essentielle, notamment sur  le sujet de l'indispensable dialogue des cultures, au sens large. Il a apporté son soutien à notre initiative.

https://journals.openedition.org/hommesmigrations/193

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Jullien


Le ForumLe Forum
Projet de Forum
MEDIAS ET PRESSE DANS LE MONDE
en construction




Montant du don

pilotée par Habiba MEJRI-CHEIKH  
avec Reine BENAO-SAKANDE, Pierrick HAMON, Jean-Claude MAIRAL et Marc PINELLI.

en langues française, arabe et anglaise

                                                                                               L'appel à participations / Habiba MEJRI CHEIKH 

                                                                               Les conclusions de la réunion du 21 mai seront prochainement en ligne

Informer et s'informer autrement / Patrice CARDOT,  complété le 26 mai 2024 =>  
https://drive.google.com/file/d/1qm4GMoYLYl2qnSOiH6SCe1r6jmu1QSll/view?usp=share_link

L'analyse de Patrice CARDOT (15 mars 2024)  
"L'information et le journalisme du XXIème siècle : enjeux et défis

 => https://drive.google.com/file/d/1y13LL3gOLqvO9VgwEFnhox1iaV5gVyjG/view?usp=sharing 
=> https://www.i-dialogos.com/analyses/l-information-et-le-journalisme-au-xxième-siècle-en-france-enjeux-et-défis 

NOTE MEDIAS AG 9 avril 2024 / Marc Pinelli et Habiba Mejri Cheikh
https://drive.google.com/file/d/10yHtPKVfwoCqxUWcY6ZVBBM0LnX2mJAu/view?usp=share_link 

MEDIAS ? QUELS MEDIAS ?   =>
https://static.s123-cdn-static-d.com/uploads/3401002/normal_642abc3774c76.pdf 

Le colloque Médias du 18 octobre 2023  à MONTREAL 
 https://www.i-dialogos.com/le-colloque-de-montréal 

Les Conclusions de la réunion du Groupe Médias  en date du 22 mars 2023
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELLE REALITE ?  QUELLE PERSPECTIVE POUR UNE INFORMATION INDEPENDANTE, QUALITATIVE et HUMAINE ? QUELS NOUVEAUX MODELES ? QUELLES NOUVELLES REFERENCES  ?

Dans la perspective du RV du 21 mai 2024 et des travaux qui suivront, la Note "martyr" suivante,  en cours d'affinement, est soumise pour avis critiques et constructifs,  et éventuelles contributions, aux journalistes, professionnels et spécialistes des médias de nos contacts et réseaux respectifs, sur tous les continents. 
Le fruit de ces échanges sera repris dans le cadre du Forum public qui sera ouvert sur ce site. 

Dans un Monde en pleine mutation et aux enjeux considérables pour l’avenir de l’Humanité, comment garantir une information « responsable » qui soit une information libre, indépendante, qualitative et humaine ? Telles sont les questions auxquelles nous essaierons de répondre.
 

Les Médias, au regard de leur grande responsabilité et de leur importance, doivent pouvoir se ressourcer pour dépasser et relativiser la puissance des réseaux sociaux ouverts à toutes les manipulations. Eux-aussi doivent pouvoir se réinventer non seulement pour jouer ce rôle essentiel à la démocratie mais aussi, parfois, pour survivre. Acteurs d'une réinvention partagée du débat, ils peuvent demeurer ou redevenir des acteurs essentiels et respectés. 


Face aux immenses défis auxquels l'ensemble des pays et des populations de la planète sont confrontés pour leur avenir, les grand médias et les médias en ligne, la presse écrite, audio et TV, du territoire local au territoire national et à l'international ont un rôle fondamental à jouer pour informer, favoriser les prises de conscience, donner confiance et permettre la participation des populations et des jeunes en particulier à la résolution des problèmes rencontrés et à la mise en oeuvre de l'ensemble des objectifs du développement durable (ODD) adoptés par l'ONU en 2015.

La presse n’est pas une !

 
Journalisme d'information, journalisme d'investigation et d'alerte, journalisme de proximité, journalisme de vulgarisation, journalisme d'espoir et de solutions, journalisme participatif et citoyen, autant de formes d'approches existantes du journalisme qui irrigue les pratiques journalistiques et médiatiques.


Une  grande diversité de  médias  / une grande diversité de situations.


Des médias généralistes, locaux, régionaux et internationaux, des médias qui vont de l’instantané des réseaux sociaux et des chaînes et des radios d’information en continue et du quotidien au mensuel, des médias sous influences des Etats, des financiers et des lobbies, des médias indépendants, des médias à vocation partisane (politique, syndicale religieuses ou autre), des médias sur une ou des thématiques.

Des interrogations à se poser et auxquelles nous devons essayer d’apporter des réponses.

Donner à voir la réalité de la presse


-Quel état des lieux dans les pays?
-Journalisme et communication ?
-Quel apport des médias dans les territoires et le lien avec les populations?
-Quelles expériences et le statut des journalistes?
-Quelle formation des journalistes?
-Journaliste, engagement et militantisme sont-ils compatible?
-Le poids des réseaux sociaux

Pour une nouvelle approche

-Comment lutter contre la perte de crédibilité des médias classiques par apport aux médias dits alternatifs ?
-Comment concevoir des médias diversifiés, indépendants, critiques et moins liés aux intérêts dominants?
-Quelle place du numérique dans les nouvelles formes du journalisme?
-Quel apport à la promotion des priorités des ODD?
-Comment repenser et développer la formation des journalistes ?
-Comment favoriser des médias d’information libre et de qualité tout en veillant à leur indépendance financière
-Quels financements de la presse ?


Quelle contribution, quel apport pour la démocratie et la citoyenneté ?


-Quel rôle, quel apport de la presse dans les pratiques démocratiques?
-Comment favoriser l'éducation aux médias et à la maîtrise des réseaux sociaux chez les jeunes?
-Comment développer des médias avec participation des populations?
-Quels espaces de débats, d'échanges d'expériences construire entre acteurs des médias, des jeunes et des citoyens?


=>  MEDIAS et PRESSE DANS LE MONDE


https://www.i-dialogos.com/analyses/la-v%C3%A9rit%C3%A9-est-devenue-ce-que-l-on-a-envie-qu-elle-soit 
Territoires d'Outre-Mer
Outre-Mer, réalités et perspectives
                               

https://drive.google.com/file/d/1I1FdEheW1IRrUfA0PoGt6BVdDw3uEFUu/view?usp=share_link
Outre-Mer
Démocratie/s et  Territoires imageDémocratie/s et  Territoires imageDémocratie/s et  Territoires image
Pilotage : 
Jean-Paul JOUARY avec Abdoulaye SENE  et Jean-Claude MAIRAL

Jean-Paul Jouary, né à Arzeu (Algérie) le 21 mai 1948, est un philosophe et essayiste français. Professeur de chaire supérieure, agrégé et docteur en philosophie, il enseigne à Paris et Abidjan. Il a publié une trentaine de livres et de nombreux articles de philosophie des sciences, de philosophie politique et sur l’histoire et l’enseignement de la philosophie. 
Jean-Paul jouary est également le commissaire de la Galerie de l'Imaginaire dans le Centre LascauxIV.

=> Lire Interview
=>. Le colloque de Marrakech-

Les Territoires du CERIPP / Colloque des 3 et 4 mai 2024 , à Tanger (Maroc)
https://drive.google.com/file/d/1Kfq1I0TMRNd0PIceG_nFPoc8HdFUPbCT/view?usp=share_link 

- Démocratie et Intelligence Artificielle / Rabat 2021 / Pierrick HAMON
in la revue présidée par le professeur Ali SEDJARI
https://drive.google.com/file/d/1JOF1GoCC_sh5TVUM5He7c0yCpQo8hEIT/view?usp=share_link 
Approche sociale,  territoriale et internationale de la politique de santé,
en lien avec la société civile et la démocratie, 
avec intégration d'un concept adapté de service public
Thématique en cours de redéfinition
.
Annie Lévy-Mozziconacci est Médecin généticien à l’Hôpital Nord de Marseille, Maître de conférence au CHU de l’Université d’Aix Marseille. 
Ancienne conseillère municipale et métropolitaine d’Aix Marseille, elle a ouvert avec Médecins sans frontières un centre de dépistage Covid-19 dans les quartiers Nord.

https://www.liberation.fr/debats/2020/10/14/les-sciences-sociales-a-l-ecart-de-la-gestion-de-crise-sanitaire_1802237 

https://rmc.bfmtv.com/emission/un-medecin-alerte-sur-le-mal-logement-facteur-aggravant-de-propagation-du-covid-19-1990813.html 



Approche sociale, territoriale et internationale de la politique de santé image
Désolé, l'inscription est terminée.

A Montréal, le 18 octobre dernier : Education aux médias et à l'information / L'enregistrement est en ligne => "EN SAVOIR PLUS"

2 èmes Rencontres transatlantiques sur l'Education aux médias et à l'information dans un contexte d'Intelligence artificielle et de désinformation. Colloque organisé par Le programme de journalisme de l’Ecole des médias de l’UQAM (Université du Québec à Montréal) et par l’Association Globe-Reporters, en partenariat avec le Think Tank I-Dialogos, TV5Canada, le CQ-EMI, le journal Blick, Radio-Canada, l’Union de la presse francophone, ll’ESJ de Tours, l’ESJ-Lille, Savoir-Devenir. 17 présentations ont été réalisées en présentiel ou par visio par des intervenants de France, du Canada , de Suisse, de Belgique, du Cameroun, du Burkina Faso, du Burundi et du Sénégal ainsi que par des médias locaux et organismes de formation. / MP


  • Date: 18/10/2023 09:30
  • Emplacement: 405 Rue Sainte-Catherine, Montréal, QC, Canada (Carte)

En savoir plus
Les chroniques du professeur Ali SEDJARI

Les chroniques du professeur Ali SEDJARI

Les chroniques 2019-2020 Merci de bien vouloir excuser les difficultés de transcription. Nous allons y remédier dès que possible.

En savoir plus  
Des exigences du Dialogue

Des exigences du Dialogue

L’exigence de dialogue fait la force du politique quand il veut rassembler, mobiliser et créer le lien, apaiser les tensions et créer l’entente

En savoir plus  
Comment mettre un terme à la crise ukrainienne ?

Comment mettre un terme à la crise ukrainienne ?

Pour l'ancien Secrétaire d'Etat et Prix Nobel de la Paix américain, si l'Ukraine veut survivre et prospérer, elle ne doit pas être l'avant-poste de l'un contre l'autre. Elle doit fonctionner comme un pont entre l'Est et l'Ouest. Mais est il encore temps ?

En savoir plus  
The boat project

The boat project

The Boat Project est un projet proposant de faire de notre environnement commun, la Méditerranée, un élément essentiel d’éducation au vivre-ensemble,

En savoir plus